Psycho-SomatoThérapeute

Individuel - Couples - Familles - Adultes - Ados - Enfants - Zèbres

Pierre-Olivier Souverain

Uzès & Alès-Les Fumades - Gard (30)

Sexothérapies

Nous pouvons classer les troubles sexuels en 5 catégories :

  • Troubles du désir : manque de désir face à l’idée de la relation sexuelle. Cela touche aussi bien les femmes que les hommes. Les troubles du désir incluent la baisse du désir, l’inhibition du désir et l’aversion pour le rapport sexuel. Une personne peut être excitée et manifester du plaisir lors du rapport sexuel, mais pour autant avoir une perte d’envie.
    Le trouble du désir peut être provoqué par une ensemble de facteurs aussi bien environnementaux (stress du quotidien, anxiété, monotonie conjugale, comparaisons sociales) que psychiques.
  • Troubles de l’excitation : L’excitation corporelle se manifeste chez la femme par la lubrification et chez l’homme par l’érection. Mais l’excitation est aussi psychique. Un manque d’excitation et de plaisir dans le rapport sexuel, hors orgasme, fait également partie du trouble de l’excitation. Chez l’homme : anciennement connue sous le qualificatif d’impuissance, les hommes atteints de dysfonction érectile présentent des difficultés à obtenir ou maintenir une érection.
    Divers facteurs explicatifs peuvent être mis en cause, notamment l’anxiété. Cependant un trouble de l’érection peut être un trouble sentinelle c’est à dire un indice informateur d’autres maladies (hypertension, diabète, etc.) ou conséquent à une prise de certains médicaments.
  • Troubles de l’orgasme : Les femmes avec un trouble de l’orgasme peuvent présenter une anorgasmie coïtale (pas d’orgasme pendant le coït) ou une frigidité qui, elle, concerne une absence de tout type d’orgasme. Chez les hommes, les troubles de l’éjaculation peuvent être de différents types: l’homme peut présenter des difficultés à retenir l’éjaculation avant la pénétration (on parle alors d’éjaculation anté-portas). Elle peut être conséquente à la vue ou au contact du partenaire (hors ou comprenant les zones génitales). On retrouve également le trouble de l’éjaculation prématurée, qui concerne les sujets qui éjaculent avant d’avoir pu donner du plaisir à leur partenaire: l’éjaculation n’est pas maîtrisée.
    Enfin on trouve le trouble de l’éjaculation retardée dans lequel l’homme manifeste un retard dans l’éjaculation. Il existe également l’éjaculation rétrograde ou anéjaculation, pathologie où les sujets ne parviennent pas à éjaculer.
  • Douleurs : La dyspareunie concerne les sujets éprouvant des douleurs pendant ou après les rapports sexuels. Cette douleur peut survenir en dehors de tout contact sexuel et par appréhension. Chez la femme cette douleur peut être superficielle (entrée du vagin) ou plus profonde (vagin et col de l’utérus).
    Chez l’homme, la douleur se focalise au niveau du gland, de la verge et des testicules. Dans les deux cas il peut s’agir de difficultés d’excitation, de causes physiques, d’une précipitation lors de la pénétration.
  • Paraphilies : c’est l’ensemble des attirances ou pratiques sexuelles qui diffèrent des actes traditionnellement considérés comme « normaux » ; celles des pratiques que la loi proscrit sont classées comme des délits ou des crimes sexuels dans différents pays.

Ces troubles peuvent avoir des aspects physiologiques, psychologiques, médicaux, sociaux et culturels.

C’est pourquoi, avant de commencer toute sexothérapie, je vous demanderai de faire les examens médicaux nécessaires pour éliminer toute cause physiologique.